Ces mosquées traditionnelles dans le nord de la Côte d’Ivoire ont près de 400 ans et résistent au temps !

La Mosquée de Kaouara, La Mosquée de Tengréla, La Mosquée de Kouto, Les deux mosquées de Kong

0 121

Ces mosquées traditionnelles dans le nord de la Côte d’Ivoire ont près de 400 ans et résistent au temps

 

La Mosquée de Kaouara

La Mosquée de Kaouara construite aux alentours du xviiie siècle par Ouattara Bakouneri, se distingue particulièrement par son architecture de minarets et de contreforts en forme d’ogives. Un imam du nom de Sylla Bassandi est enterré dans la cour de la mosquée sur le côté Ouest. La mosquée est divisée à l’intérieur en trois parties, d’Ouest en Est :

  • L’espace de prière des dames où se trouve l’escalier qui mène à la terrasse
  • Le vestibule
  • L’espace de prière des hommes

Bien que communautaire, cette mosquée n’est pas souvent restaurée et est relativement mal conservée.

 

La Mosquée de Tengréla

La Mosquée de Tengréla, dans le nord de la Côte d’Ivoire (district des Savanes), est un édifice religieux de style architectural soudanais construit en 1655 sur une durée probable de cinq ans par le maître maçon Massa Flaté, auteur des mosquées de Magadiana (Côte d’Ivoire) et Djama Téné (Mali).  Cette mosquée familiale est restaurée tous les dix (10) ans par la famille Cissé, la seule spécialisée dans l’entretien de cet édifice depuis son origine.

 

La Mosquée de Kouto

La Mosquée de Kouto a été construite au courant du 17e siècle dans un carré de 8m x 8m. Elle est implantée sur un vaste terrain à l’entrée de la ville côté Ouest. Un long mur de clôture en blocs de ciment d’une facture complètement exogène la soustrait à l’environnement urbain. Elle est composée de trois parties essentielles orientées d’Est en Ouest :

  • La première est l’espace de prière des hommes avec en appendice l’emplacement de l’imam ;
  • La seconde, le vestibule ;
  • Et la troisième, l’espace de prière des femmes dans lequel se trouve l’escalier qui mène à la toiture-terrasse.

 

Les deux mosquées de Kong

Les deux Mosquées de Kong sont le témoignage unique de l’existence d’un centre islamique dans cette ville. Dans la première moitié du 18e siècle (1741), la ville de Kong possédait plusieurs mosquées mais il n’en reste plus que deux : la petite mosquée datant du 17e siècle et la grande plus tardive. La petite mosquée n’est plus fréquentée mais elle continue d’être entretenue du fait de son statut symbolique dû à son ancienneté, à la présence d’un centre religieux d’excellence à Kong, et à sa proximité avec le cimetière des Imams. La grande Mosquée de Kong (Missiriba) fut détruite par Samory TOURE aux environs de 1897 et reconstruite au début du 20e siècle à l’initiative de l’administration coloniale.

 

 

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

laissez un commentaire